L a t I . t U D e 5 O

pROMEnaDE DanS
LES aRCHiTECTURES SaLTiMBanqUES


VEN 17.05.2024

12h – 13h30
table ouverte au bistro

13h30 – 19h
3 talks & 3 ateliers (gratuit) 

19h – 20h
table ouverte AU BISTRO

20h30
Cabaret Cirque

Une journée pour les architectes, circassien.ne.s, performers, danseuses, constructeurs, apprenti.e.s, bâtisseuses, tisseur de ville, curators de festivals, programmateurs transversaux, urbanistes, cellules événementiel de commune, coordinatrices d’espaces publics, collectifs et curieux.

Programme concocté par Vincent Geens & Pauline de La Boulaye
Avec Horst Arts & Music, Laboratoire architecture, collectif Dallas, Rotor, Le Botanique
Visuel : Floating University Berlin, Raumlabor 2018 © Daniel Seiffert 

PrEaMbULE

Quelles architectures pour le cirque et les arts vivants en espaces ouverts ? 

L’intérêt croissant des citoyens et des institutions pour des espaces ouverts vivants et de qualité, en ville comme à la campagne, invite de plus en plus souvent des pouvoirs publics et des organisateurs à s’associer à des architectes pour concevoir des structures originales légères et éphémères. Ces structures accueillent spectateurs et artistes dans des expériences artistiques originales, immersives, souvent circulaires, où le public entoure bien souvent l’action (comme au cirque).

Un nouveau monde forain se dessine. On y retrouve le chapiteau de cirque, lieu de promesse qui interroge l’espace ouvert où il s’implante, mais aussi modèle d’architecture nomade, modulaire et circulaire, qu’artistes, scénographes et architectes réinventent au plus près de leurs pratiques. Les espaces ouverts se peuplent également de structures démontables répondant aux enjeux écologiques, aux nouvelles pratiques artistiques et au besoin de se rassembler chaleureusement.

Cette journée, qui prendra idéalement la forme d’une journée professionnelle, est conçue comme une promenade où l’on découvre des architectures saltimbanques d’aujourd’hui et de demain. “Des architectures saltimbanques, démontables et légères comme les bancs et les tréteaux d’autrefois, au croisement de l’art, de l’architecture et de l’activisme, visant une réalité humainement augmentée”, selon les mots de Pauline de La Boulaye.

Cette promenade dans des architectures aussi surprenantes que inattendues, permettra la rencontre assez rare entre des architectes, des artistes et des organisateurs de projets artistiques en espace public.

Vincent Geens, coordinateur de l’année Nouveaux cirques. Nouvelles architectures

3 TaLKS
13H30 _15H30
GRatUIt

Modules, logement pour artistes Latitude 50, Laboratoire architecture 2023

 Une structure des possibles
Laboratoire architecture

En décembre 2021, la Cellule Architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles a lancé un marché visant la construction de deux résidences pour artistes, réservé aux architectes locaux émergents. L’équipe Laboratoire fut désignée lauréate du marché. Elle propose la construction élégante et ludique d’une sorte d’étagère géante dans laquelle se glissent de grandes boîtes, des logements préfabriqués aux dimensions d’une longue roulotte. Les matériaux choisis, volontiers recyclés, rappellent les constructions circassiennes à l’allure légère et réversible, faites de toile, de piquets métalliques et de bois. Ce dispositif évoque l’œuvre de Kevin van Braak, Campingflat, un camping vertical dans une structure en échafaudage. Au-delà de sa fonction résidentielle, la partie supérieure de cette  structure des possibles deviendra-t-elle “une scène pour Marchin” ? Laboratoire fait en tout cas le vœu que les utilisateurs et l’équipe de Latitude 50 se l’approprient comme support d’expression artistique.

Horst Arts & Music, archi Gijs Van Vaerenbergh (with students Collective Practice) © photo Maxim Verbueken, 2018

Des architectures réversibles, participatives et immersives
pour une nouvelle expérience de la musique
Horst Arts & Music 

Le festival Horst rassemble au Nord de Bruxelles sur une ancienne zone militaire et centrale électrique des architectes et des artistes de toute l’Europe. Le programme artistique du festival encourage une expérience vibrante en mêlant musique électronique, arts visuels et architecture. Horst remet en question le contexte muséal de l’art ou l’espace de concert traditionnel en espace ouvert (exit le chapiteau), en cherchant le champ de force entre esthétique et friction. Les installations éphémères du festival sont construites par des apprentis en formation plusieurs semaines avant le festival. Retour sur les “podiums” de Horst depuis 2014 conçus et réalisés par Jozef Wouters (Decoratelier), Assemble Studio, Gijs Van Vaerenbergh, Fala Atelier, Rotor, Traumnovelle, Marinella Senatore… 

En dessous la forêt, Feda Wardak, Forêt de Bondy 2021

Promenade dans des architectures saltimbanques 
Pauline de La Boulaye

Une promenade européenne largement illustrée dans l’histoire et surtout dans l’actualité de ces architectures saltimbanques, démontables et légères comme les bancs et les tréteaux d’autrefois, au croisement de l’art, de l’architecture et de l’activisme, visant une réalité humainement augmentée. De Patrick Bouchain en France à la Floating University en Allemagne en passant par le festival Concentrico en Espagne, l’alchimie foraine entre cirque et architectures forme un terreau pour la mutation urbaine et la reconstruction culturelle. Substrat indispensable : les affects communs.

Pauline de La Boulaye est historienne (histoire du Centre Pompidou, histoire du cirque), curatrice hors les murs, dramaturge urbaine. 

3 aTELiERS DE CO-DESiGn
D’aRCHiTECTURES SaLtimBanqUES
16H _19H
GRatUIt

ENVIE DE PROLONGER?
20H30

Il y a une longue histoire de collaborations entre les arts forains et l’architecture à ne pas oublier et à réactiver. Plus les constructions en dur sont normées, plus nous avons besoin d’architectures produites dans des conditions hors normes pour expérimenter d’autres manières de faire. C’est-à-dire des architectures transitoires, frugales, agiles qui durent aussi longtemps qu’elles sont habitées. 

Sortir des équipements standards culturels a un impact durable sur les usages urbains à la fois sur le plan social, culturel et climatique. Voilà pourquoi nous avons conçu 3 ateliers-rencontres avec des architectes, autour de « rêves concrets » pour penser la forme en fonction du récit (et pas l’inverse).

Pauline de La Boulaye

Niemeyer, photographie exposée au pavillon du Brésil à la Biennale d’Architecture de Venise 2023

* rue / urbanisme 

Collectif Dallas 
Détournons le chapiteau pour activer des espaces communs !
Facilitateur : Quentin Lemenu 

L’une des représentations la plus emblématique des architectures saltimbanques, c’est le chapiteau. Une infrastructure qui s’installe en quelques heures, et qui permet au spectacle d’avoir lieu à l’abri des intempéries. Son montage et son démontage spectaculaires par leurs rapidités font partie de l’évènement. 

Cette journée des architectures saltimbanques est une opportunité de rassembler autour d’une même table, différents acteurs (architectes, circassiens, techniciens, autres) partageant une fascination pour les chapiteaux. Et ensemble, en discuter, les questionner, tenter de les réinventer, peut être leur appliquer d’autres fonctions telles que de l’expérimentation urbaine, l’habitat léger, un refuge, un récupérateur d’eau de pluie, un kiosque. Imaginer quelles formes nouvelles ces structures fascinantes pourraient prendre.

Ainsi, un groupe multidisciplinaire se donne l’exercice de reprendre les codes et les éléments constructifs du chapiteau : bâches, cordes, mâts, tire-forts, pieux, et d’imaginer d’autres espaces possibles, avec ou sans fonctions prédéterminées. Un exercice qui peut s’appuyer sur la réalisation de maquettes simples en papier ou tissus.

Plus concrètement, ces discussions peuvent apporter des pistes de réflexion pour des abris temporaires évènementiels, ou envisager le réemploi possible de chapiteaux déchirés ou devenus obsolètes.

Affiche par Laboratoire architecture, Latitude 50, 2021

* cirque 

Laboratoire & des artistes circassiens 
Capturons en direct la fluidité d’un mouvement corporel à travers l’espace !
Facilitatrice : Pauline de La Boulaye

Les participants seront invités à retranscrire celui-ci en réalisant une maquette dans une matière définie, un moulage spatial inspiré par les performances d’un artiste de cirque. Cet atelier explore la matérialisation de l’éphémère et la translation de l’expression corporelle en formes tangibles. Il s’agit d’une expérience collaborative visant à repenser les frontières entre les disciplines artistiques et à transcender les limites de la création conventionnelle dans un dialogue constant avec le mouvement et l’espace.

Rotor, Horst Arts & Music 2021

* musique 

Rotor & Le Botanique
Une réunion publique de projet pour les Nuits Botanique
Facilitateur : Vincent Geens

Avec Gaspard Geerts (Rotor) & Grégory Thirion, responsable du Service expositions, Olivier Van Halst programmateur musique, Mourad Agjij, régisseur musique du Botanique

Le Botanique est en réflexion sur la scénographie générale et le chapiteau principal du festival Les Nuits Botanique. Son souhait est de soigner le signal symbolique et architectural du festival dans un parc au centre de la ville, sans diminuer les exigences techniques nécessaires aux concerts. Autour des besoins et des envies du Botanique, l’équipe d’architectes de Rotor partage ses expériences et ses outils en matière de scènes temporaires.

Les échanges prennent la forme d’une réunion de projet publique, en direct.

Peur celles et ceux qui souhaitent prolonger leur présente à Marchin le 17 mai

12h à 13h30 : le bistro est ouvert (menu et réservation ici)
19h : repas, à réserver via la billetterie
20h30 : Cabaret Cirque, à réserver via la billetterie
Une collaboration entre La Roseraie et Latitude 50.
Un cabaret orchestré par Sara Selma Dolorès.