A08

projet

Reconnu comme centre scénique de la Fédération Wallonie-Bruxelles depuis 2018, le pôle des arts du cirque et de la rue Latitude 50 travaille depuis 2004 au développement professionnel de ce secteur sur 4 axes

création

Création

Des résidences de création en salle  et à la table, 40 accueils par an, 170 artistes de passage, 2 espaces dédiés de 50m² et 140m², 1 studio, 1 appartement, des caravanes et 1 roulotte.

Un atelier de fabrication de décors de 250m², 8 stagiaires en formation 3 jours par semaine, 18 réalisations pour les compagnies depuis 6 ans. Une  collaboration avec le centre d’insertion socioprofessionnelle Devenirs.

Un accompagnement à la structuration administrative destiné aux compagnies en résidence afin de développer leurs compétences en gestion.

Une bourse à l’écriture en partenariat avec la Chaufferie -Acte1-, la Société Suisse des Auteurs, la SACD France et Belgique; 5 projets accompagnés chaque saison.

Un accompagnement préproduction permettant d’aborder les différentes questions préalables à  la production du spectacle de la compagnie en résidence.

Un accompagnement aux usages numériques permettant l’optimisation des processus de création.

Un soutien financier destiné à l’emploi artistique à travers 3 coproductions de spectacles par an.

Un régisseur technique disponible pour conseils et soutien.

diffusion

Diffusion

Une programmation de 10 spectacles par saison, 6000 spectateurs attirés par des premières belges et internationales.

Des premières parties pour les compagnies en résidence permettant d’éprouver un spectacle en conditions réelles.

En Piste, 2 jours de spectacles de l’Ecole de Cirque de Marchin et de petites formes de compagnies en résidence.  

Une Nuit des Fanfares, pour fêter chaque année jusqu’à l’aube notre fin de saison. 

La co-organisation d’un festival des arts de la rue dans la ville voisine de Huy, Les Unes Fois d’un Soir, 20 compagnies programmées, 10.000 spectateurs.

Sur les murs, 6 expositions chaque saison autour des arts du cirque et de la rue.

transmission

Transmission

Un travail sur le décloisonnement des publics et sur l’éducation artistique à travers les rencontres entre artistes et publics.

Un soutien particulier à l’Ecole de Cirque de Marchin, 600 élèves, par l’apport de services, de compétences techniques, et la programmation de leurs spectacles de fin d’année.

L’accueil en résidence administrative de la Fédécirque, représentant 21 écoles de cirque amateur de la FWB. 

Cirque en Campagne, rencontre annuelle des Ecoles de cirque de la FWB à Marchin, regroupe une septantaine de jeunes circassiens passionnés. Une collaboration avec la Fédécirque.

L’implication dans la création et le développement d’humanités cirque à Huy, ville voisine de Latitude 50. En étroite collaboration avec l’Ecole Supérieure des Arts du Cirque.

Le développement d’un module Art en Espace public en partenariat avec le Conservatoire de Liège.

L’intégration à deux projets européeens, CircusNextPlaTFoRM et CircusNext+, qui accompagnent des compagnies émergentes dans leur processus de création.

Un espace de restauration à prix démocratiques, lieu de rencontre entre les publics.

recherche

Recherche

Un atelier et une formation permettant la recherche autour des matériaux et des techniques de construction de décors.

Un espace écriture destiné au travail à la table qui abrite un fond documentaire sur les arts du cirque et de la rue. 

Des échange de pratiques et de savoirs avec 4 lieux de création (Cirquéon en Tchéquie, La Central del Circ en Espagne, Subtopia en Suède, La Grainerie en France) dans le cadre du projet européen CircusNext+ coordonné par Jeunes Talents Cirque Europe.

EN QUELQUES CHIFFRES

centre scénique de la FWB
m2 d'infrastructures dédiées à la création
années d'expériences
spectacles programmés /an
spectateurs /an
artistes en résidence /an
opérateurs en résidence administrative
festival des arts de la rue co-organisé
collaborations en cours
employés permanents
travailleurs occasionnels

DANS LES MéDIAS

DANS

LES MéDIAS

DANS la presse

Tout ce qui s’intéresse de près ou de loin aux arts forains a déjà poussé sa monture là-haut, sur le plateau de Marchin, au bout du monde croit-on la première fois qu’on sillonne la jolie route du Condroz. Le pli est ensuite rapidement pris. Marchin, finalement, n’est qu’à quelques kilomètres de Huy et attire aussi bien les Liégeois que les Namurois. Sans oublier la population locale, bien sûr, qui s’est très vite approprié le lieu, et les fadas de cirque, comme de bien entendu.

Il est même arrivé, foi de spectateur, d’apercevoir une voiture monégasque parquée à l’arrière du chapiteau pour découvrir l’un ou l’autre talent même si, a priori, la programmation de Latitude 50 ne ressemble en rien à celle du célèbre Festival international de cirque de Monte-Carlo. Ici, en effet, tous les arts de la rue sont repris, qu’il s’agisse de cirque plutôt contemporain, de forain ou de marionnettes, les genres étant parfois mêlés entre eux…

Pas plus de neuf spectacles par saison, une résidence offerte aux artistes, une interaction avec la population locale et un sympathique buffet à prendre au Bistro avant le spectacle, tels sont les ingrédients de Latitude 50 qui bénéficie, en outre, d’un lieu exceptionnel. La place qui accueille les chapiteaux -forme circassienne défendue par Marchin à l’heure où d’autres compagnies de nouveau cirque réintègrent le théâtre pour des mises en scènes plus frontales – a effectivement tout pour plaire.

Laurence Bertels
La Libre Belgique – 7 octobre 2010

Quand on vient de Bruxelles, Marchin peut paraître le bout du monde. En pleine campagne condrusienne – à une heure de la capitale mais seulement dix minutes de Huy – Latitude 50 comble largement les longitudes à parcourir pour y parvenir par une programmation circassienne qui plane vers d’envieuses altitudes.

Sous son chapiteau confortablement chauffé, ce centre dédié aux arts de la rue et du cirque fait le pari d’accueillir chaque année, en première belge, une pointure du cirque contemporain. Un rendez-vous devenu une valeur sûre pour tous les amateurs du genre. On y a découvert notamment le Cirque Trottola, David Dimitri ou encore les frères Forman. La crème de la crème en somme, auquel Latitude 50 a ajouté dernièrement une nouvelle couche onctueuse avec “Pour le meilleur et pour le pire″ du Cirque Aïtal. Preuve qu’il n’est pas besoin d’être métropole pour voir grand (et beau).

Au fil des ans, cette petite bourgade wallonne est devenue une escale calme et dépaysante pour le cirque, de ses chemins de terre avoisinant de curieuses pistes acrobatiques. Outre l’accueil de spectacles internationalement reconnus, Latitude 50 œuvre aussi à la création et à la diffusion, accueillant diverses compagnies en résidence. Sans compter ses festives fins de saisons avec fanfare, barbecues, rencontres et cartes blanches artistiques.

Alors, Marchin, le bout du monde ? Allez, la Belgique est un petit pays… foncez-y !

Catherine Makereel
Le Soir – 2 avril 2013

UN PEU D’HISTOIRE ?

2003

Organisation des Renc'Arts de la FAR (Fédération des Arts de la Rue) organisée à Marchin ...

2003

2004-2007

Latitude 50 prend ses marques et se construit avec le soutien du Centre Culturel de Marchin, de la commune, de la compagnie des arts de la rue les Globoutz et du Théâtre de la Famille Decrollier.

2004-2007

2005

La commune de Marchin entreprend les travaux de réhabilitation de l’ancienne école et de la salle de village pour y implanter les espaces de Latitude 50 : une salle de résidence, des bureaux, des logements pour artistes et un lieu d’accueil pour le public.

2005

2007

Suivant en cela une suggestion faite par la Fédération Wallonie-Bruxelles, Latitude 50 se structure en asbl autonome avec pour objet social l’accueil en résidence et la diffusion de spectacles dans le domaine des arts du cirque et de la rue.

2007

2008

La reconnaissance en tant que lieu de création et de résidence pour compagnies des arts du cirque et de la rue est obtenue via une première convention courant jusqu'en 2011 avec la Fédération Wallonie-Bruxelles

2008

2009

Latitude 50 reçoit le soutien de la Région Wallonne par le biais de 11 points APE délivrés pour l'engagement de 2 ETP. Le projet s'ancre dans le tissu associatif et devient un partenaire privilégié des associations et organisations locales (La Maison des Solidarités, le CISP Devenirs, le CPAS, l'Ecole de Cirque de Marchin, la bibliothèque communale, l'école Belle-Maison...) ou régionales (festival de Chassepierre, La Roseraie, la Maison du Cirque, L’Ecole des Arts du Cirque de Bruxelles, ...)

2009

2012

Latitude 50 voit sa convention avec la FWB prolongée à nouveau de 4 ans et significativement revalorisée passant de 35.000 à 85.000 €/an.

2012

2013

Constatant les carences des compagnies du secteur, Latitude 50 met en place deux nouveaux services pour accompagner les compagnies des arts du cirque et de la rue : l'aide à la production et la bourse "Ecriture en Campagne", en collaboration avec la SACD France et Belgique.

2013

2015

Latitude 50 obtient un premier financement de 1.000.000 € octroyé par Liège Europe Métropole, coordonné par la conférence des élus de l'arrondissement Huy-Waremme, pour la construction de son cirque en dur.

2015

2016

Latitude 50 co-organise dorénavant le festival des arts de la rue "Les Unes Fois d'un Soir" qui investit, après Ath et Lessines, la ville toute proche de Huy. Plus de 5000 spectateurs fréquentent cette première hutoise et 15ième édition du festival.

2016

2018

La Fédération Wallonie-Bruxelles reconnait Latitude 50 comme centre scénique pour les arts du cirque et de la rue, et rejoint des opérateurs d'envergure comme le Théâtre National, le Théâtre de Liège, le Théâtre Varia, ... Un nouveau contrat-programme revalorisé est signé pour 5 ans.

2018

2018

Après appel à projet, le projet architectural du cirque en dur est sélectionné. Début du chantier en 2020.

2018

2018

Latitude 50 intègre deux projets européeens: CircusNext+ et CircusNextPLatFoRM

2018