14 - OCT 22

TaBLES RONDES

aRTS DU CiRqUE et DE La RUE…
INCLUsIOn, DECLOISOnnEmEnT et DIVERSiTE ?

VENDREDI 14 OCTOBRE DE 13H30-17H30 à MARCHIN, DANS LE CADRE DE L’INAUGURATION DU CIRQUE DE LATITUDE 50 

LATITUDE 50
3 Place de Grand-Marchin
4570 Marchin

Les arts du cirque et de la rue sont parmi les arts de la scène souvent considérés comme producteurs d’une offre culturelle accessible « au plus grand nombre », les spectacles attireraient des publics diversifiés et représentatifs. Mais est-ce vraiment le cas de cette communauté créative et diffuseuse de spectacles aujourd’hui, en Belgique et à l’étranger ?  Et dans l’affirmative, comment les acteurs de ce secteur y parviennent-ils ?

Quatre tables rondes, proposées à l’occasion de l’inauguration du Cirque de Latitude 50, invitent aux échanges sur ces enjeux démocratiques globaux que sont l’inclusion, la diversité, le décloisonnement des publics et plus largement, la lutte contre la pauvreté. Le choix du thème, plutôt des thèmes, n’est donc pas anodin pour ce secteur culturel, ils se rejoignent sur un sujet actuel, légitime : la question du « vivre ensemble ». Porteur d’une dimension citoyenne, ils mobilisent un système de valeurs : égalité, justice sociale, respect des droits, accessibilité à la culture…

Les participants se réuniront donc pour discuter, débattre, exposer leurs avis, de manière structurée, mais en toute convivialité. En effet, chacune des tables rondes sera encadrée par un.e animateur.trice, un.e rapporteur.euse et un.e représentant.e du conseil d’administration de Latitude 50. Le premier fera circuler la parole, pour donner du tempo,  dynamiser les débats en questionnant régulièrement. La synthèse des échanges sera assurée par le.la rapporteur.euse, qui rendra compte des propos du groupe à l’occasion de la plénière de 16h30. L’administrateur.trice de Latitude 50 sera là quant à lui.elle pour partager la pratique de ce centre scénique des arts du cirque et de la rue implanté en milieu rural.

Une organisation de Latitude 50 en partenariat avec l’Observatoire des Politiques culturelles de la FWB, du service des arts du cirque et de la rue de la FWB, de Wallonie-Bruxelles Théâtre Danse et de Circostrada.

PROGRaMMe

13:30 Introduction

Par Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP)

14:00-16:00 tables rondes

Une table ronde à portée générale, une autre se penchant sur les publics, une troisième sur les acteurs du secteur ou encore une interrogeant la spécificité des dynamiques rurales.

table ronde 1

Etre ''bien né'' pour être cultivé ?

Cette question quelque peu provocante est remise sur le métier après avoir été abordée une première fois à l'occasion du Grand Tour en 2020 (www.grand-tour.be), une rando-débat de 200 km questionnant la place de la culture dans nos vies, et organisée par le Festival de Chassepierre, MARS et Latitude 50.

Que signifie être « bien né » ? Poser cette question suppose-t-il que certains soient dépourvus de culture ? La culture n’est-elle pas le fait de tout un chacun ? Et reconnaître cet état de fait ne relève-t-il pas d’une responsabilité collective ?

 

Partant des échanges qui ont eu lieu lors du Grand Tour, cette table ronde invite donc à prolonger le débat et à se pencher sur les clivages que dessinent les déterminismes économiques, biologiques, sociaux, géographiques de nos publics mais aussi de nos non-publics. Plus fondamentalement, elle interpelle le lien entre monde social et monde culturel. En s’adressant au plus grand nombre, aux publics « là où ils se trouvent », les arts du cirque et de la rue cassent depuis des années les standards de la convocation en salle de spectacle. Mais amènent-ils vraiment les publics, dans toute leur diversité, à la culture ? Comment contribuent-ils à une offre culturelle accessible, inclusive, respectueuse de tous ? En d’autres termes, comment se re-définissent les clés du vivre-ensemble au sein de ce secteur aujourd’hui ?

Animatrice
Emma Van Overschelde – Directrice de La Roseraie

Rapporteuse

Anne-Rose Gillard – Chargée de recherche à l’Observatoire des Politiques Culturelles de la FWB

Administratrice

Justine Dandoy – Directrice du Centre Culturel de Huy

table ronde 2

Inclusivité et diversité des publics. Ouvrir nos portes, se transformer ?

Qu’est-ce que « l’inclusion des publics » ? Il s’agit d’une action tout d’abord, pour créer les conditions favorables d’associations d’identités singulières au sein d’un ensemble plus vaste. Cette question entre en résonnance avec celle de la diversité. Celle-ci se décline par le genre, la sexualité, les handicaps, la religion, la classe, l’âge, l’origine ethnique… Autant de facteurs à considérer dans leur ensemble qui mettent en relief la complexité des défis auxquels le secteur des arts du cirque et de la rue, comme les autres secteurs culturels d’ailleurs, sont confrontés à l’heure actuelle

Cette table ronde se dédie donc à la réflexion et aux transformations majeures que suggère l’intitulé. Inclure des publics différents, particuliers, qu’est-ce que cela veut dire concrètement ? Et qu’est-ce que cela implique ? S’agit-il de promouvoir leur accueil ? Comment ces identités se voient-elles associées aujourd’hui pour défricher un chemin vers l’inclusion ? Pour être en mesure de développer une attention accrue à ce que l’autre, dans sa diversité, invite à considérer, n’y-a-t-il pas lieu de s’interroger sur les capacités de transformations, tant internes qu’externes, des acteurs des arts de la scène, et plus particulièrement ici, ceux travaillant dans le domaine des arts du cirque et de la rue ?

Animateur
Philippe Kauffmann – Coordinateur artistique de Mars

Rapporteuse

Virginie Demillier – Directrice générale et artistique du Théâtre de Namur

Administrateur
Nathanaël Harcq – Directeur de l’ESACT

table ronde 3
complet

Représentation du monde dans les arts de la scène : un enjeu contemporain ? Comment le secteur des arts du cirque et de la rue y répond, y participe ?

Toujours sous forme de questionnements, il s’agit ici de réfléchir tant à la teneur des propositions artistiques qu’à la manière dont les acteurs des arts du cirque et de la rue, et plus largement des arts de la scène, s’organisent, se structurent, pour répondre à ces enjeux contemporains de diversité et d’inclusion. Quelle(s) mise(s) en œuvre à l’heure actuelle pour permettre la diversité des talents émergents par exemple ? Pour leur permettre d’accéder à la formation, aux scènes, aux soutiens nécessaires ?

S’agissant des contenus, il importe également de mener réflexion sur la dimension subversive des arts du cirque et de la rue. En effet, les spectacles sont-ils toujours engagés politiquement, puisqu’historiquement reconnus comme formes d’arts transgressives, remettant en cause le pouvoir établi (théâtre de rue, crieur publics….) ? Qu’en est-il aujourd’hui de leur force de questionnement et d’interpellation ?

Animatrice
Dr. Franziska Trapp – Dramaturge et Chargée de Recherche à l’Université de Berlin et à l’Université libre de Bruxelles.

Rapporteuse
Blanche Tirtiaux – Artiste, Cie La Pigeonnière

Administrateur
Koen Allary – Coordinateur artistique de Perplx

table ronde 4

Projets culturels en ruralité : Un fragile équilibre entre rigueur artistique, thématique sociale et dynamique locale ?

Les crises  que nous avons traversées et que nous vivons actuellement accroissent la fragilité des structures et la précarité des publics. Elles enjoignent à réfléchir à des modes d’actions plus solidaires, adaptés aux contextes (urbains/ruraux) et à la vie sur ces territoires... Nombreuses sont les structures d’art du cirque et de la rue qui tentent de continuer à faire vivre la culture de proximité.

En milieu rural, les projets font coopérer des secteurs très différents (économiques, sociaux...), favorisant des synergies locales, où les partenaires publics de proximité jouent un rôle fondamental en termes de soutiens. En quoi ces lieux et projets culturels en ruralité sont-ils des vecteurs potentiels de décloisonnement et de diversité des publics ?

Le travail sur l’inclusion et la diversité des publics en milieu rural est complexe et long, leurs conditions de mise en œuvre doivent intégrer des spécificités et des contraintes pouvant influer sur la qualité des propositions artistiques. Comment les structures trouvent-elles l’équilibre entre ces dynamiques locales et ces enjeux sociétaux importants ?

Animatrice
Hélène Pirenne – Artiste, Théâtre du Sursaut

Rapporteuse
Charlotte Charles-Heep – Directrice artistique du Festival de Chassepierre

Administratrice
Véronique Swennen – Directrice de l’Ecole de Cirque de Marchin

16:30 CONclusions

Par les rapporteurs.euses de chaque table ronde et Christine Mahy (secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté). Les propos exprimés, les réponses aux interrogations des participants sont autant d’éléments permettant d’apporter des éléments de savoir sur un sujet important et d’actualité. Ces interventions et ces échanges constituent une source d’informations qui seront capitalisées dans un compte rendu écrit, rendu accessible par la suite à tout un chacun.

En outre, la Fédération des Employeurs des Arts de la Scène (FEAS) qui aura tenu ce jour son Assemblée Générale, présentera l’état de sa réflexion : « Développement durable et Art de la Scène : construisons ensemble un Plan d’Action concret ».

17:30 Inauguration officielle du cirque de latitude 50

Discours, apéro dînatoire et spectacles.